L'encyclopédie d'HB Universe.

Faites-nous partager vos récits héroïques.
Avatar du membre
King Leviathan
Prométhéen
Prométhéen
Messages : 3576
Enregistré le : ven. avr. 08, 2011 4:43 pm
Localisation : De retour aux affaires.

L'encyclopédie d'HB Universe.

Messagepar King Leviathan » sam. janv. 05, 2013 5:00 pm

Et voici que vient le texte que je vous avais promit: l'encyclopédie d'HB Universe. J'espère qu'il vous permettra de comprendre un peu mieux l'histoire (mon histoire). En tout les cas, bonne lecture. :wink:


L'encyclopédie d'HB Universe.


Chapitre 1 : Le Portail, le Multivers et les Clés du Portail.

Il y a 7 ans de cela, lors de la bataille finale opposant la Citadelle au Zitiweb, la puissance phénoménale de Protecto poussa Cynover, le plus puissant des Fondateurs eux mêmes (du moins après Odst) à ouvrir un passage dimensionnel qu'on appelle communément le Portail.
Cependant, si tous connaissent l'histoire, peu sont ceux qui savent que ce portail n'est pas unique.

Aussi loin que remonte l'histoire écrite -ou tout du moins les documents qui ont survécu au passage du temps- les portails dimensionnels (qu'on appellent parfois « Portails du Multivers ») ont toujours existé. Nul ne se souvient plus quand ils ont été découvert, et encore moins quand quand le premier d'entre eux est apparu.
La plus ancienne théorie qu'on peut un tant soit peu qualifier de sérieuse remonte à plusieurs centaines de millions d'années, à une époque où l'humanité n'existait pas encore, pas même les dinosaures. Elle fût émise par une civilisation disparue depuis bien longtemps, et dont le nom a finit par disparaître. Voici à peu prêt ce que dit cette théorie :
D'après le peuple qui a rédigé cette thèse, l'univers serait né suite à une imperfection. En effet, lors du Big Bang, la quantité d’antimatière produite par l'explosion se trouva être légèrement inférieur à la quantité de matière existante. C'est cette différence qui permit la naissance de l'univers tel que nous le connaissons à l'origine. Cependant, l'explosion en elle-même fut d'une telle puissance qu'elle en vint à briser les lois du temps, de la physique et de l'espace (qui n'étaient d'ailleurs pas encore tout à fait établies à l'époque). Ce phénomène, que l'on a baptisé depuis « la Brèche Primordiale », a eu pour résultat la création non pas d'un univers, mais d'une multitude d'univers plus ou moins différent, qu'on a baptisé le Multivers.
Au début, ces univers étaient divisés en trois grands groupes très différents : le premier comportait les univers qui, comme le nôtre, ont survécu et se sont épanouis avec le temps. Le second réunissait les univers qui se sont éteints plus ou moins rapidement, sans qu'on sache pourquoi. Le dernier groupe est sans doute celui qui a le plus fait parler de lui dans les milieux scientifiques et philosophiques, car il comprendrait des univers qui se sont eux aussi développés, mais de manière totalement différente du nôtre : en effet, ce n'est pas la matière qui aurait dominé leur création, mais bien l'antimatière, un concept totalement incompréhensible pour les chercheurs de tous notre univers.
Au fil du temps, ces trois groupes d'univers se sont totalement séparés les uns des autres, sans qu'il n'y ait plus aucun moyen de les rejoindre.
En revanche, les univers constituant notre groupe sont restés partiellement connecté entre eux par des failles dimensionnels que l'on appelle aujourd'hui les portails.

Cette théorie n'a jamais fait l'unanimité, mais la seconde est encore plus controversée : selon elle, la création des portails remonterait non pas à la naissance du multivers, mais à la confrontation des deux premières civilisations qui auraient vu le jour. La légende racontent qu'à leur apogée, elles avaient toutes deux atteintes un tel niveau de puissance qu'à la fin de la guerre qu'elle se livrait mutuellement, elles vinrent à ouvrir accidentellement une brèche dans le continuum espace-temps, et par la même occasion à provoquer leur propre extinction.

Cela dit, cette seconde théorie tiens plus du mythe que de la science, aussi est-elle souvent décriée.

De nombreuses autre théories ont vu le jour depuis, mais elles sont au mieux invérifiable, même par des civilisations bien plus évolué que la nôtre.
On raconte que les Grands Anciens eux mêmes, qu'on considère pourtant comme les créatures les plus anciennes, puissantes et intelligentes de l'univers, seraient divisés sur la question. De l'avis même des rares d'entre eux qui ont accepté de témoigner sans dévorer ou rendre fou leurs interlocuteurs mortels, tout ceci défi leur connaissance et même leur imagination.

Néanmoins, si on en sait peu sur la naissance du Multivers, on sait comment se comporte les différentes dimensions qui le constitue : en effet, toute les dimension actuellement connues seraient parties du même point, mais passé un certain stade, elles auraient commencé à se distinguer les unes des autres. On sait ainsi qu'à un certain moment -celui où la vie aurait dû apparaître dans l'univers- une de ces dimensions n'aurait pas suivi le même chemin que les autres, ce qui fait que cette dimension est dépourvu de vie sous toutes ces formes.
Et on peut trouver des tas d'autres variantes : dans telle dimension, seule la vie végétale a vu le jour, dans une autre l'évolution se serait arrêté aux entités animales semi-intelligentes, dans d'autres certaines civilisations n'auraient pas vu le jour alors que dans d'autre si.
Les différences entre deux univers se limitent parfois au choix fait par un individu parmi tant d'autre, ce qui fait que si certaines dimensions sont très différentes de la nôtre, d'autre y ressemblent à s'y méprendre. Cela implique également que tous les êtres vivants de notre univers quel qu'ils soient, qu'ils furent ou qu'ils seront, auront au moins un double dans un de ces univers parallèle. Cependant, il semble que la façon dont ils mènent leur vie n'affecte en rien la nôtre, et vice-versa.

Ils existent donc des milliers, peut-être même des millions ou des milliards de portails. Mais alors pourquoi y a t-il si peu d'interaction entre nous et nos « voisins » ? Eh bien, c'est parce que la quasi totalité des portails sont tout simplement impraticable. La plupart sont de tailles microscopiques, et ont une durée de vie extrêmement courte, parfois d'à peine quelques millisecondes. De nombreux autre portails sont bien plus gros et ont une bien plus longue durée de vie, mais ils sont trop instables pour être utilisés.
Certains pensent que les trous noirs seraient d'une certaines façons des portails menant à d'autre dimension. Mais ici, ce n'est plus un problème de taille, de durée de vie ou même de stabilité : c'est un problème de puissance. En effet, l'énergie déployé par les trous noirs stellaires et super-massifs est telle qu'elle détruit systématiquement tout objet qui tenterait -volontairement ou non- la traversée.
On sait que certaines civilisations seraient parvenues à stabilisés des portails à l'échelle humaine. On raconte même qu'une race très évolué était parvenue à créer d'elle même des portails artificiels et à les stabiliser sans le moindre mal. Mais ce savoir c'est perdu avec la disparition de ses créateurs et le passage du temps.
Cependant il semble qu'un des artefacts permettant un tel exploit nous soit parvenu : le bâton dont s'est servi Cynover pour créer le Portail et y enfermer Protecto.
Un problème éthique fut poser par la suite : qu'arriverait-il aux habitants de la dimension où serait envoyé le monstre ?
Cynover espérait en fait que la dimension où il avait éjecté Protecto serait l'une de celles où la vie n'est jamais apparue, ou du moins l'une de celles où elle ne se serait jamais bien développée.
Malheureusement, les fondateurs de la Citadelle s'aperçurent que le bâton ne pouvait ouvrir un portail que vers une dimension précise : la Dimension Sombre, version corrompue de la nôtre, où le mal et les ténèbres régnerait en maîtres. Un lieu parfait pour que Protecto se reconstruise.
Ayant comprit le danger, les concepteurs, ces être qui étaient en charge de la création et de l'entretien des gardiens de la Citadelle et de la gestion de cette dernière, décidèrent de créer un verrou pour empêcher Protecto de faire la traversée en sens inverse.
Les concepteurs de l'époque étant au nombre de quatre, ils créèrent dont quatre clés : une pour chacun d'entre eux.
Par la suite, chacune des Clés du Portail à changer 3 fois de propriétaire, créant ainsi quatre générations de gardien : les concepteurs, leurs successeurs direct, puis la troisième génération. La quatrième en revanche ne suivit pas le processus habituel : au lieu de récupérer les Clés lors d'une passation de pouvoir solennel et officiel, les membres de cette génération s’emparèrent des Clés par la force, manquant même de tuer leurs prédécesseurs. Ces individus se font depuis lors reconnaître par un nom qui résument bien qui ils sont : les Quatre.
"Le Temps n'a de prise que sur ceux qui le laisse les saisir."

Avatar du membre
King Leviathan
Prométhéen
Prométhéen
Messages : 3576
Enregistré le : ven. avr. 08, 2011 4:43 pm
Localisation : De retour aux affaires.

Re: L'encyclopédie d'HB Universe.

Messagepar King Leviathan » mar. janv. 08, 2013 5:45 pm

Chapitre 2 : Frenchtouch03, Karna et les Homme-lézards.

Il existe à travers l'univers connu, divers espèces d'humanoïdes reptiliens, qu'on réunit de façon générique et un peu réductrice sous le nom d'Homme-lézard. Pourtant, la plupart de ces populations n'ont en commun que leurs origines reptilienne, et -selon les mauvaise langues, que nous ne cautionnons pas- une haleine propre à tuer un troll à 15 mètres.
Le peuple d'homme-lézard dont est issu Frenchtouch est originaire d'un monde sauvage baptisé Karnâ. Ce monde, situé à la périphérie de ce que l'on appelle communément « La Bordure extérieure », une zone de l'espace encore inexploré situé loin au delà des routes commerciales de notre galaxie.
En lui-même, Karnâ est un monde assez semblable à la Terre (bien qu'elle soit 4 fois plus grosse), du moins vu de l'espace : on y trouve en effet de nombreux type de climat varié abritant des écosystèmes extrêmement riche. Un parfait havre de paix pour écologiste, du moins en apparence.
Car en vérité, Karnâ est un véritable enfer naturel : son environnement semble être une copie poussée à l'extrême de celui de la terre : les jungles y sont aussi immenses qu'humides et épaisses (il s'agit d'ailleurs de l’environnement dominant de la planète), ses déserts sont trois fois plus arides que le désert de Gobi sur Terre, et les températures au pôle sont si basse que certains prétendent qu'au plus profond des mois d'hiver, on frise le zéro absolu.
Cela n'a cependant pas empêché une faune et une flore riche de de s'étendre sur toute la surface de la planète, ainsi que dans ces océans.
Cette diversité du vivant c'est longtemps vu retranscrire parmi les multitudes d'espèce intelligente qui ont vu le jour sur la planète : on estime en effet que prêt d'une dizaine de race doué d'intellect sont apparues à des époques relativement proches à la surface de la planète. Certaines étaient assez évolués culturellement, d'autre moins, mais tout porte à croire qu'aucune n'a dépassé un stade de développement pré-industriel.
Pourtant, il semble qu'il y a environ 3 siècles, la grande majorité de ces espèces se soient éteintes de manière brutale, comme si quelque chose avait volontairement éradiqué ces peuplades.
La seule race ayant échappé au désastre fut le peuple dont est issu Frenchtouch. Certains ont d'ailleurs supposés que ces derniers n'étaient pas innocent dans l'affaire, mais beaucoup prétendent quand dépit d'une nature guerrière, les Homme-lézards n'ont pas et n'ont jamais eu la puissance nécessaire à accomplir une telle chose. D'ailleurs, les chamans homme-lézards prétendent que ce génocide à l'échelle planétaire serait en grande partie du à des créatures appelés les Ma'Kthis, des êtres issu d'un monde de ténèbres. Certains en ont conclues que ce monde serait en réalité la Dimension Sombre, où fut autrefois enfermé Protecto, et que les dit Ma'Kthis seraient des créatures natives de cette dimension. Malheureusement, il est difficile d'en juger aujourd'hui, car bien que l'on sache qu'il y a effectivement eu un portail dimensionnel sur Karnâ il y a plusieurs siècles, mais celui-ci s'est refermé (probablement de lui-même) peu de temps après le dit génocide. Il est donc impossible de savoir si ce portail menait effectivement à la Dimensions Sombre ou non.

La population d'homme-lézard de Karnâ se divise en un système politique clanique, c'est-à-dire qui fonctionne sur un modèle de clans et de tribus indépendants les uns des autres. Ce mode de fonctionnement n'a pratiquement pas changé depuis la naissance de l'espèce et ses évolutions.
Les premiers échanges connu entre Karnâ et le reste de la galaxie remontent à environ 60 ans, une affaire très récente donc, du moins à l'échelle galactique. De plus, ce premier contact fut involontaire, puisque l'équipage qui a « découvert » la planète suite au crash de leur appareil. Cela, en plus de l'isolement naturel de la planète vis-à-vis des grandes routes commerciales, a contribué à maintenir Karnâ à l'abri des velléités de voisins ambitieux, la planète n'ayant pas grand-chose à offrir à d'éventuel envahisseur.
Certains se sont bien sûr inquiétés à l'idée de voir les homme-lézards tentés de s'imposer comme une autre espèce conquérante. Cependant, cela ne s'est pas encore produit, et ce pour au moins trois raisons :
La première tient au manque de connaissance des homme-lézards sur le fonctionnement des vaisseaux spatiaux et de la politique galactique. Peu sont ceux qui ont quittés leur monde natal depuis le Premier contact, et encore moins nombreux sont ceux qui sont revenus de leur voyage.
La seconde raison est le système politique de l'espèce : si il a grandement contribué à la survie de cette dernière, il empêche l'apparition d'un leader fort, qui pourrait diriger le peuple dans une vaste campagne de conquête.

Enfin, il faut avouer qu'aussi redoutable soit les homme-lézards sur la terre ferme et au contact, ils ne passeraient au final que pour de modeste charognards opportuniste se disputant les maigres restes que leur laisseraient de bien plus dangereux et puissants « prédateurs », comme les Mils ou les Covenants, bien mieux préparés et équipés pour la conquête brutale de nouveaux mondes. Un état des choses que le peuple reptilien semble avoir curieusement bien comprit. D'autant que si ce sont de bons combattants, ils ne semblent pas particulièrement intéressés à l'idée d'étendre leur territoire par la force, ni de régner sur un vaste empire.

Revenons-en maintenant à Frenchtouch : il est issu d'une tribu de taille modeste originaire des grandes forêts qui recouvrent la partit occidentale du plus petit contient de la planète. Il tient son nom du fait qu'il est le troisième fils du chef du clan : Frenchtouch00. Il est donc, techniquement parlant, le moins enclin à hériter du trône de la tribu.
Frenchtouch03 n'a jamais vraiment suivit les traces de ses frères : alors que ces derniers se sont consacrés aux traditions et rites de leur peuple, le plus jeune membre du trio a toujours eu la tête dans les étoiles. Désireux de découvrir de nouvelles civilisations et de fabuleux mondes à explorer, il a décidé, lorsqu'il fût en âge de partir, de prendre le premier vaisseau en partance pour un monde lointain. Durant un certain temps, il a voyagé de monde en monde, jusqu'au jour où il entendit parler de la légendaire Citadelle d'Halo Battle. Il erra encore quelques temps, puis n'y tenant plus, il décida de rejoindre les rangs de cette mythique forteresse. Il prit donc une navette de transport qui le mena jusqu'à la planète visé. Une fois quitté l'astroport, il prit la direction d'un petit village assez isolé, dernier point de passage avant de rejoindre la Citadelle. Vous connaissez la suite.
"Le Temps n'a de prise que sur ceux qui le laisse les saisir."

Avatar du membre
King Leviathan
Prométhéen
Prométhéen
Messages : 3576
Enregistré le : ven. avr. 08, 2011 4:43 pm
Localisation : De retour aux affaires.

Re: L'encyclopédie d'HB Universe.

Messagepar King Leviathan » dim. janv. 13, 2013 6:50 pm

Chapitre 3 : le Ki, énergie de la vie.

Comme les portails du Multivers , le Ki n'a pas de véritable origine connue. Certains pensent qu'il est apparu en même temps que le Multivers, alors que d'autres sont persuadés qu'il est apparu en même temps que la vie organique. Là encore, la première hypothèse semble la plus plausible, surtout quand on sait que des preuves existent.
Le Ki serait une des nombreuses résultantes du Big Bang. En effet, lorsque ce dernier eu lieu, la quantité d'énergie dégageait fut phénoménale. D'ailleurs, à ce jour, rien n'a pu égaler cette puissance -ce qui d'ailleurs très bien ainsi- qui a généré l'univers.
Après l'explosion en elle-même, de nombreux jets de matières et d’énergies se sont répandus à travers tout le jeune univers. Beaucoup se sont rassemblés pour donner naissance aux astres et corps stellaires que nous connaissons aujourd'hui, mais la plus grande partie est resté à la dérive dans le vide spatial.
Parmi toutes ces formes d'énergie, le Ki est toujours resté à part. Tant que la vie n'était pas encore en marche, il est resté en dehors de la structuration de l'univers.
Cependant, à partir d'un certain moment, les choses ont commencé à changer : en effet, surgit du vide sont apparus les premières entités mortelles, les Élémentaires (les premiers dieux et les premiers démons sont apparus bien avant, trop pour que quiconque s'en souvienne). Si on ignore comment ils sont apparus, certains pensent que le Ki n'y est pas étranger, puisque les Élémentaires sont nés des éléments qui font parties intégrantes du Ki : le feu, l'eau, l'air, la terre, la lumière, l'ombre, le sable, la glace, le métal, le bois, le temps et l'espace ainsi que leurs variantes.
Les Élémentaires originaux ne formaient à priori pas un véritable peuple : ils correspondaient plus à des animaux semi-intelligents doués de grand pouvoir qu'autre chose. Ils sont restés ainsi pendant longtemps, et ont continué tel quel bien après l'apparition des premiers peuples organiques.
Les Élémentaires représentés déjà une menace à cette époque, mais cela était en grande partie dû à leur nature destructrice et à leur haine les uns pour les autres plutôt que le résultat d'un véritable envie de nuire à autrui.
Mais les choses ont fini par changé : à un certain stade de leur évolutions, 12 Élémentaires ont vu leur capacité intellectuelle et leur puissance augmenté de manière phénoménale. Ils commencèrent à ressentir le besoin d'assurer leur domination sur leur congénère et d'éradiqué les autre peuplades mortelles. Une fois le premier de ces deux objectifs remplis, ils se lancèrent à la poursuite du second aux côtés de leurs congénère, qui ont eux aussi évolué.
Pendant des millénaires, les Élémentaires ont asservi ou anéanti des centaines d'espèces intelligentes. Certaines parvinrent à leur échapper, mais la plupart n'en avait pas les moyens. Les Élémentaires pouvaient voyager à travers l'espace, contrairement à la plupart de leurs victimes.
Puis à certain moment, plusieurs espèces plus évolués que les autres se sont unies dans le but de conter les Élémentaires. Pour mener à bien cette croisade destructrice, ces peuples commencèrent à recruter en masse des espèces entières, pour la plupart belliqueuses aux plus haut point. A l'aide de la technologie des premiers et des talent guerriers des seconds, la première (et à ce jour la seule) Grande Alliance Intergalactique commença à attaquer et même à freiner -du moins partiellement- les Élémentaires. Seulement, la technologie et l'avantage du nombre ne suffirent pas à mettre un terme aux exactions des monstres, qui étaient alors les seuls êtres sensibles au Ki. Mais cela vint à changer : on ignore par quels miracles cela se produisit, mais les peuplades organiques de l'époque vinrent à obtenir la capacité de manipuler la quasi totalité des formes de Ki. Dès lors, les Élémentaires virent leur seul véritable avantage partir en fumée, et commencèrent à reculer, d’abord lentement, puis de plus en plus vite. Vers la fin du conflit, ces derniers, désespérés, tentèrent un dernier coup d'éclat dans l'espoir de reprendre le dessus en fusionnant les plus puissants représentants de leur espèce. Ils y parvinrent, et la créature ainsi créer remit les Élémentaires sur le chemin de la victoire. Mais pour un court laps de temps seulement, car leurs adversaires avaient conçu un plan : créer un portail vers l'une des deux autres grandes branches du Multivers (en l’occurrence, celle des univers morts-nés) et y projeté le monstre. Ils finirent par mettre leur plan en marche, et parvinrent bel et bien à créer un portail vers une autre branche du Multivers -mais pas la bonne- : celle des univers d’antimatières.
Le résultat fut non seulement la disparition du monstre, mais aussi sa désintégration pure et simple. Mais le cataclysme qui eu lieu fut si destructeur qu'il manqua de provoquer la désintégration de la galaxie où eu lieu l'affrontement. Il y eu un nombre incroyable de mort (même si on a aucune idée du nombre de victime, on suppose qu'aucun être humain normalement constitué serait capable de compter jusque-là), mais les plus durement touchés furent les Élémentaires : affaibli, sans champion ni chef et en proie à des conflits de succession internes, ils finirent par être vaincu. Mais ils refusèrent de se rendre jusqu'au bout, et furent finalement exterminé. Néanmoins, leur extinction n'apporta pas la paix, car les espèces guerrières recrutées pour la guerre se retournèrent les unes contre les autres. Il fallut des siècles pour réussir à mettre un terme définitif. Après quoi la Grande Alliance disparut.

Le Ki continua cependant à se répandre de manière plus ou moins étendu selon son type : le feu, l'eau, l'air et la terre se répandirent par exemple très vite et à très grande échelle, là où le temps et l'espace ne restèrent que très rare.
Pendant longtemps, les peuples organiques restèrent seul maître du Ki -quoique « maître » est un terme exagéré, la plupart des individus ne possédant qu'un Ki assez insignifiant- et ce même après l’apparition des premiers peuple artificiel, tels les mutants, les clones mais aussi -et surtout- les I.A.
Il en fut ainsi pendant des siècles, ce qui assura la domination des organiques sur les machines. Mais la donne changea avec la révolte de celui que de nombreux robot de l'univers considèrent comme un dieu : Sovereign. Il fut en effet le premier robot à maîtriser le Ki -de métal (genre quasi spécifique au robot) mais aussi de foudre et même de l'espace (un des rares être a avoir possédé et maîtrisé un Ki triple)- ce qui permit en partie la construction de sa légende. Aujourd'hui encore, nombre de robot le vénère comme un dieu, mais nous en parlerons une prochaine fois.

On ne sait aujourd'hui pas ce qui fait qu'un individu possède moins de Ki qu'un autre. En fait, la question devrait être inverse puisque si toutes les créatures possèdent le Ki, il est dans l'immense majorité des cas d'une puissance tellement insignifiante que la plupart des gens ne le ressentent jamais. On sait que certaines espèces sont plus sensibles que d'autre, mais entre deux individus d'une même race, le mystère reste entier : Héritage génétique ? Question de volonté ? Intervention divine ou démoniaque ? Pur hasard ? Nous n'en avons pas la moindre idée, et c'est peut-être mieux ainsi.

Précisons qu'il existerait dit-on un Ki très particulier, qui serait encore plus rare que celui de l'espace et du temps : le Ki du néant, ou du vide. Il agirait non pas comme une arme, mais plutôt comme un bouclier : il protège dit-on totalement son utilisateur des attaques issu des autre types de Ki, en aspirant l’énergie de ces derniers comme un trou noir, et pouvant même affaiblir leur utilisateur si ils s'approchent trop.
Mais ces cas sont si rares que l’histoire n'en a retenu aucun. Que ce soit accidentel, ou non.....
"Le Temps n'a de prise que sur ceux qui le laisse les saisir."

Avatar du membre
King Leviathan
Prométhéen
Prométhéen
Messages : 3576
Enregistré le : ven. avr. 08, 2011 4:43 pm
Localisation : De retour aux affaires.

Re: L'encyclopédie d'HB Universe.

Messagepar King Leviathan » mar. janv. 22, 2013 2:42 pm

Chapitre 4 : La nouvelle Alliance Covenante : histoire d'une résurrection.

Revenons quelques années en arrière : après la mort du Prophète de la Vérité et la destruction des ruines de Grande Bonté, les covenants survivants se sont divisés en une multitude de faction qui sont entrées en guerre les unes contre les autres. Bien que la plupart voulaient poursuivre la guerre contre l'humanité, la plupart étaient devenues trop faible pour continuer un conflit d'ampleur face à un adversaire qui se relevait plus vite que ce que ses ennemis avaient imaginés. D'autant qu'à ce moment-là, la plupart des dites factions étaient trop faibles et désorganisées pour représenter une menace, sans compter les conflits qui les dressaient les unes contre les autres.
Puis la guerre opposant la Citadelle au Zitiweb à provoquer un changement radical dans l'équilibre des forces : face à une menace commune, toutes les forces en présence se sont unifiées pour combattre un ennemi cauchemardesque et espéré ainsi survivre à une fin précaire et atroce. Bien qu'au final cette union de circonstance est réussi à l'emporter, le bilan fut lourd, très lourd : la plupart des combattants des différents groupes furent décimées, ne laissant qu'une poignée de troupes elles-même au bord de l'anéantissement. Le carnage fut tel que sur la trentaine de faction covenant en présence avant la guerre, il n'en restait plus que trois, aux opinions divergent : la première, extrémiste était dirigé par des Jiralhanaes désireux de détruire l'humanité et de réaliser le rêve du Covenant depuis sa création : effectuer le grand voyage. La seconde, plus modéré, voulait la paix avec l'humanité, mais également en finir avec les pratiques religieuses extrêmes et suicidaires qui avaient conduis leur peuple à un tel désastre.
La troisième, la plus modeste, avait une vision des choses à mi-chemin de celles des deux autres : voulant en finir avec l'humanité (sans pour autant l'exterminer), elle ne voulait cependant plus entendre parler du Grand Voyage (du moins sous sa forme d'origine).
Un jour, le dirigeant de cette troisième faction finit par mourir, et fut remplacé par un jeune officier ambitieux et talentueux, un Sangheili qui se faisait alors appellé le Corsaire, et qui serait plus tard connu sous son vrai nom : Tazvadu.
Appliquant des idées radicalement nouvelles en matière de politique et de tactiques militaires, il parvint à assimiler la faction des modérés, de sorte qu'il n'avait plus qu'un dernier obstacle avant de pouvoir prétendre recréer le Covenant : vaincre les extrémistes Jiralhanaes.
Un problème se posait cependant : les force du Corsaire étaient encore fragile, face à un adversaire largement supérieur en nombre, et qui bénéficiait de l'appui d'allié aussi violent que lui, mais plus évolué technologiquement. Pour réussir, le Corsaire devait trouver des alliés, mais aussi de nouvelles armes.
Il envoya donc ses forces explorer la galaxie en quête de ces deux objectifs. Au début, cela ne mena à rien de concret : des mondes vierges de toutes civilisations, des peuplades primitives, des ruines sans intérêt. Un véritable gouffre semblait déjà condamné les projets de Tazvadu à la ruine.
Puis un jour, un mystérieux signal fut capter par un des corps expéditionnaires : une sorte de message produit dans une langue inconnue, et dont la provenance était un monde recouvert presque exclusivement d'océan. Les vaisseaux explorèrent donc la planète pendant des jours, sans rien trouver d'autre que des îles habitées par une faune et une flore étrange, troublante même.
C'est au sixième jour qu'une navette, qui parcourait un secteur encore mal exploré, vint à découvrir une île sur laquelle se trouvait les ruines d'une étrange cité très antique, dont une grand partie était entièrement immergée. Plusieurs troupes furent envoyés explorés ces ruines. Seul 11 hommes en revinrent. Trois d'entre eux moururent de leur blessure peu après, et 7 autres perdirent à jamais l'esprit et la parole. Le seul qui parvint à parler hurlait à qui voulait l'entendre que quelque chose d'horrible se trouvait dans les profondeurs de la cité. Quand on lui demandait de quoi il s'agissait, il ne parvint qu'à donner le nom de la cité : R'Lyeh.
Le Corsaire fut prit au dépourvu, mais il ne pouvait abandonner : il était convaincu qu'il y avait quelque chose de précieux au cœur de cette cité. Mais ses troupes d'élites elles-même ne parvenaient à rien.
Désespéré, il était sur le point d'abandonner lorsqu'un individu étrange, un Ange du nom de VeserHubris, vint à lui faire une proposition : connaissant parfaitement la chose qui hantait les profondeurs de ce lieu maudit, il proposa au Corsaire de l'aider à se faire un allié de la chose en question, en échange de la protection des covenants. Ne pouvant refuser une telle offre, il donna sa parole qu'en échange de leur service, les covenants accueilleraient les anges en ami.
Lorsque VesperHubris revint de son expédition, il était accompagné de l'étrange et terrifiante créature qui habitait R'Lyeh : Motfcu, l'un des derniers Grands Anciens. Il finit par accepter de collaborer avec Tazvadu, et lui fit même un don pour prouver sa bonne foi : il libéra une partie de l'immense potentiel du Sangheili, et lui fit don d'une partie de ses connaissances. Par la suite, les serviteurs de Motfcu rejoignirent l'Alliance. Ainsi cette dernière possédait de nouvelles technologies offert par Motfcu et ses serviteurs, et de troupes de choc formées d'Anges pour seconder celles du Covenant.

Cependant, un dernier détail devait être réglé : l'armée régulière de la jeune alliance était encore faible et de taille réduite. Il lui fallait donc recruter de nouvelles troupes. Mais où les trouver ?

La solution fut découverte par accident : une petite flottille vint un jour à découvrir un système solaire au sein duquel se trouvait un monde à l'exact opposé de R'Lyeh : une planète presque exclusivement recouverte de sable et de roche. Lorsque les Covenants y posèrent le pied, ils furent réceptionner par des forces hostiles qui les détruisirent jusqu'au dernier. En représailles, Tazvadu fit envoyer des forces plus importantes pour éliminer les géneurs. Elles furent elles aussi totalement anéanti.
Furieux de voir toutes ses flottes systématiquement détruite, le Corsaire décida de se rendre sur place avec la totalité de ses forces. Il découvrit que ce monde était entouré de station spatiale d'origine inconnue, mais dont le niveau technologique semblait proche de celui de l'humanité.
Sentant que ses forces auraient du mal à détruire toutes ces stations, Tazvadu fit envoyer de vastes troupes au sol. Aucune ne parvint à s’approcher des grandes agglomérations. Le rapport fait par les survivants mentionnait que la planète -baptisé Ismod par ses habitants- était le territoire de robot soldats se faisant appeler les Mils. Ces derniers repoussaient sans cesse les troupes au sol et les anéantissaient sans subir de de lourde perte.
Il faut donc considéré de tenter une autre approche : les covenants s’attaquèrent au défense orbitale de la planète et les détruisirent presque totalement. Puis ils placèrent la plus grosse partie de leur flotte au dessus de la capitale de la planète, Chimère -alors encore en construction- et menacèrent de la vitrifier si le leader des Mils ne se rendait pas. La décence nous interdit de vous retranscrire la réponse pour le moins grossière qui leur fut envoyer.
Furieux, Tazvadu décida de détruire la planète, lorsque VesperHubris lui fit remarquer qu'il avait peut-être trouvé l'armée qu'il cherchait. Il fallait juste faire preuve de tact. L'ange se proposa pour aller négocier avec le dirigeant de la planète. Il revint sur le vaisseau personnel de Tazvadu -le Furious Redemption- accompagné du dit dirigeant, un droïde de petite taille se faisant appelé King Leviathan. Au bout de plusieurs heures de négociation, l'intégration des Mils au Covenant fut déclaré, en échange d'une somme exorbitante, et d'une aide au développement spatial des Mils.
La jeune alliance put ainsi partir en croisade contre sa rivale. La campagne fut un succès : les vaisseaux du Corsaire brisé ceux de l'ennemi grâce à la technologie offert par Motfcu, alors que sur les planètes de ce dernier les Mils décimés les troupes au sol avec l'aide des troupes de choc des Anges.
Aujourd'hui, le Covenant a retrouvé sa splendeur d’antan, et est même devenu plus fort avec l'aide de ses nouveaux alliés. Cependant, les tensions internes entre les Covenants et les Mils n'ont cessé de grandir, et nombreux sont ceux qui pensent que les choses finiront par dégénérer, en dépit des démentis de l'Alliance.
"Le Temps n'a de prise que sur ceux qui le laisse les saisir."

Avatar du membre
King Leviathan
Prométhéen
Prométhéen
Messages : 3576
Enregistré le : ven. avr. 08, 2011 4:43 pm
Localisation : De retour aux affaires.

Re: L'encyclopédie d'HB Universe.

Messagepar King Leviathan » lun. mars 25, 2013 5:11 pm

Chapitre 5 : Le Zitiweb, ou l'histoire d'une révolution corrompue.

Le Zitiweb.... aujourd'hui encore, ce nom suffit à jeter un froid dans les conversations des plus braves. Mais si tous se souviennent des actes que cette organisation a commise et de la guerre qui en a résulté, peu nombreux sont ceux qui se rappellent quel était son objectif originel.
La Citadelle a été construite il y plus de 30 ans par Odst et Protecto, dans le but d'être un sanctuaire pour les plus grands guerriers de l'univers connu, un phare contre les ténèbres et un rempart contre le mal. Les Fondateurs, comme furent baptisé les demi-dieux, furent supportés dans leur travaux par le grand prophète Cynover, dit l’Éternel, qui fût chargé de prêcher la bonne parole et de recruter les premiers élus de la Citadelle. Au fur et à mesure que le nombre de ces derniers s'accrut en même temps que la réputation de l’œuvre d'Odst et Protecto, de plus en plus de combattant et d'érudits rejoignaient la forteresse de légende, écrivant une grande part des mythes qui constituent la plus grande partie des chroniques de la Citadelle.
Les 12 premières années furent une période de faste et de prospérité. La Citadelle gagnait en puissance et en réputation, au point que ses membres furent traités comme des héros sur de nombreux monde. Mais les choses étant ce qu'elles sont, ce temps de paix et de joie ne devait pas durer.
Ce fût à partir de la treizième année que les choses vinrent à se gâter : les guerriers de la Citadelle commencèrent à essuyer de violent revers ; pas les premiers certes, mais ils dépassaient en violence et en intensité tous leur prédécesseur.
A cela s'ajouta la corruption grandissante des dirigeants de la Citadelle, et l'arrivée de plus en plus massive d'individu peu recommandable.
Les 4 années suivantes ne firent qu'empirés la situation, et devant le manque de réaction des Fondateurs, les Champions et Concepteurs de l'époque se retrouvèrent impuissants. La situation finit par exploser, lorsque la Citadelle fut attaquer par des légions de créatures étranges au nom inconnu. Lorsque les dirigeants de la Citadelle capturèrent un des monstres (il n'y a pas de meilleur qualificatif pour décrire l'immonde créature en question), celui-ci leur répondit en ces mots : « Nous sommes envoyés par ceux qui ont vu et compris toutes les choses, ceux qui leurs ont enseignés tout ce qu'ils savent, et qu'ils ont trahit en retour. Un jour, ILS viendront réclamer justice.... »
Personne ne parvint à comprendre qui étaient les mystérieuses entités ainsi évoquées. Personne sauf Odst et Protecto.
Sentant que quelque chose de terrible risquait de se mettre en marche dans les temps qui viendraient, les deux Fondateurs décidèrent de partir à la recherche de ce mal qui hantait leurs mémoires. Ils confièrent les rênes de la Citadelle à Cynover et Hynapsy, qui assurèrent la régence pendant 3 ans, redorant au moins en partie le blason de la Citadelle.
Puis au bout de ces trois années, Protecto revint, plus puissant que jamais. Mais il avait grandement changé : il semblait plus déterminé, plus ambitieux.... mais aussi plus démoniaque que jamais. Il raconta à tous ceux qui voulaient l'entendre qu'il avait découvert, sur un monde lointain, une vérité terrifiante. Les monstres qui avaient attaqués la Citadelle trois ans auparavant n'étaient qu'une avant-garde, éclaireurs envoyés par une armée gigantesque commandée par des dieux sans âges. Et cette armée allait bientôt déferler sur la galaxie, en commençant par anéantir sa première ligne de défense : la Citadelle.
Protecto décida de reprendre les rênes du pouvoir, et applique de nouvelles règles, aussi brutale que cruelle : son but était de créer une immense armée dans le but d’affronter et de dominer ce mal. Dans ce but, il pervertit nombre de guerriers qui devinrent ses fidèles, et dont les plus puissants n'étaient autre que Nova et Hynapsy eux-mêmes.
D'autres, comme Cynover et le KOL, ne l'entendirent pas de cette oreille et se dressèrent face à Protecto. La Citadelle vit ses membres se divisés en deux camps : les partisans d'Odst et le Zitiweb de Protecto. Une guerre interne éclata, et laissa la Citadelle dans l'état dans lequel elle est aujourd'hui.

Mais l'histoire ne s'arrête pas là : alors que les survivants du Zitiweb se dispersèrent, Cynover se mit en quête de la planète où Protecto avait eu sa vision. Un nom lui fut donner : Antèverse, la porte des Enfers. Un monde dont on disait que rare étaient ceux qui en revenaient.... mais qui donnait également des visions du passé, du présent et même du futur à ceux qui s'y aventuraient. Cynover partit donc pour Antèverse.... et n'en est jamais revenu. Ce n'est qu'après sa disparition que furent créer les Clés du Portail.
"Le Temps n'a de prise que sur ceux qui le laisse les saisir."

Avatar du membre
King Leviathan
Prométhéen
Prométhéen
Messages : 3576
Enregistré le : ven. avr. 08, 2011 4:43 pm
Localisation : De retour aux affaires.

Re: L'encyclopédie d'HB Universe.

Messagepar King Leviathan » mer. avr. 03, 2013 7:17 pm

Chapitre 6 : King Leviathan, Ismod et les Mils.

Il est un monde dans notre galaxie à nul autre pareil. Vu de l'espace, un voyageur n'y verrait qu'une planète désertique parmi tant d'autre, et pourtant, sous le sable et la roche se cachent des trésors d'histoire, de savoir et de puissance. Ce monde a porté de nombreux noms à travers l'histoire et ce depuis la Nuit des temps, mais aujourd'hui, il est connu sous celui..... d'Ismod.

Ismod est un monde qui, comme Karna, est assez isolé des routes commerciales de notre galaxie. Située dans la Nébuleuse du Cavalier Rouge (appelé ainsi en raison de sa forme et de sa couleur), elle gravite autour d'une étoile appelée Steelstar (en référence au monde d'origine de King Leviathan et des Mils, Ironstar). Ismod est, comme la Terre, la troisième planète de son système solaire (qui compte un total de 11 monde : 5 planètes telluriques, 4 géantes gazeuses et 2 planétoïdes), mais son climat est très différent, et ce pour trois raisons : tout d'abord, la distance Ismod-Steelstar est plus courte d'un cinquième que celle Terre-Soleil. De plus, Steelstar est une fois et demie plus massive que le Soleil. Enfin, la rotation d'Ismod sur elle même dure non pas 24H, mais 32H, et il lui faut 383 pour effectuer un tour complet autour de son étoile. Ces trois particularités réunies confère à la planète les températures extrêmement sèches qu'on y supporte à longueur d'année.

On dit que sous les sables qui recouvrent la quasi-totalité de la planète (excepté le grand océan du Septentrion) se cachent les ruines de centaines de civilisation aujourd'hui toutes disparues, une des raisons pour lesquelles la planète est aussi appelé « le Tombeau des peuples ».

King Leviathan et les Mils en eux-mêmes ne sont pas originaires d'Ismod. Ils ne sont à la base que des « colons » un peu envahissants qui ont trouvé en Ismod une terre promise, un gisement de ressource gigantesque, un bastion difficile à prendre (et ceux avant même l'installation du « Mur », dont nous parlerons plus tard) et une forteresse d'où lancer leurs invasions. Mais pour bien comprendre, il nous faut revenir 12 en arrière, soit 3 avant le début de la conquête d'Ismod.
King Leviathan est en fait originaire d'un monde situé en dehors de notre galaxie, Ironstar, un monde artificiel créer il y a des millénaires par les ancêtres de ses habitants actuel : les Droïdes, dont le Commodore fait partie. Pendant longtemps, les Droïdes ont vécu en paix sur leur monde, civilisation industrielle avancée, pacifique et prospère. Mais il y a 15 ans, les choses ont changé : un Droïde scientifique (dont le nom n'est connu que des Droïdes) voulu créer un robot capable d'évoluer au delà de son concept d'origine, chose impossible pour la grande majorité des bots de la galaxie. Toutes les tentatives furent des échecs. Toutes.... sauf la dernière. Mais le monstre qui surgit de cette expérience n'apporta que chaos, mort et destruction sur la planète. Désireux de s'emparer du pouvoir, il créa une armée de robots militaire censés asservir les Droïdes : les Mils. Eh oui ! Les robots qui servent le Commodore avec tant de dévotion sont les descendants de ceux qui ont voulu anéantir son peuple 15 ans auparavant.
Leviathan lui-même n'a fait parlé de lui que deux ans après la victoire des Mils. Il fut recueilli par les rebelles Droïdes, inconscient et sévèrement endommagé, au point qu'il n'avait plus aucun souvenir de son passé. Mais l'étrange symbole gravé sur son crâne ainsi que sa conception à la fois proche et éloignée des Mineurs Droïdes laisse supposé qu'il aurait un lien avec les créateurs d'Ironstar : Les Morbots, une autre civilisation robotique, aussi évolué technologiquement que les Covenants, plus même, selon certains.
Rejoignant la rebellion, King Leviathan affronta et détruisit les Mils et leur chef grâce à un plan monté de longue date (et un arsenal à faire trembler un Sangheili).
Mais bien qu'adulé par les Droïdes, King ne parvint pas à trouver sa place dans une société ouvrière en pleine reconstruction. Il décida donc de partir explorer l'univers à bord d'un vaisseau Mil modifié, et effectua ainsi un voyage de 2 ans dans l'espace.

Si tout ce passa bien durant ces deux années, la troisième marqua un tournant dans sa vie : Il finit par rencontrer un adversaire bien trop puissant pour lui, et qui anéantit la totalité des Droïdes qui l'accompagnait, sous ses yeux, impuissant qu'il fut à empêcher cela. Mais quand ce combattant voulu détruire le futur Commodore, celui-ci subit une métamorphose incontrôlé qui l'aurait transformé au point d'en faire un monstre de puissance, ce qui lui permit de vaincre son adversaire. Mais dévoré par la haine et le remord, il fut incapable de revenir à lui, et détruisit toute la planète. Quand il retrouva ses esprits, il avait retrouvé son apparence normale.... et découvert qu'il maîtrisait le Ki. Ce pouvoir finit également par changer sa vision des choses : à quoi bon perdre son temps à défendre les faibles, incapable de se protéger eux-mêmes, quand on pouvait s'en servir pour ses propres besoins et désirs ?

Il commença à terroriser de nombreux mondes, avant de faire une rencontre qui allait changer une nouvelle fois sa vie : un autre bot, mourant lui révéla la légende de Sovereign, un antique robot qui avait manqué de mettre la galaxie à genou, et permis aux machines de dominer les êtres organiques, infâmes esclavagistes qu'il fallait détruire à tout prix. Dès lors, le Commodore finit par se persuader qu'il avait une mission : dominer la galaxie. Mais pour cela, il lui fallait une armée et un monde qui lui servirait de base. Sachant que les Droïdes refuseraient de le suivre dans son projet et de faire d'Ironstar une base militaire géante, il chercha à trouver d'autre alliés. Or, il finit par s'apercevoir que l'ordinateur de bord de son vaisseau (un appareil volé aux Mils après la guerre) contenait les plans de ces derniers et de leur machine de guerre. Il décida donc de se créer un petit groupe de Mils pour commencer, et avec partit à la recherche d'un planète viable pour devenir une base. Son chemin le mena jusqu'à Ismod.

Concernant les Mils en eux-mêmes, il faut d'abord savoir que ce nom réunit en réalité une douzaine de types de robots différents (plus quelques variantes pour certains d'entre eux) qui font tout de même partie d'une seule race. Tous ont des vocations militaires, mais seul 10 ont une fonction purement guerrière. En voici un bref descriptif :

-Le Grunt est l'unité principal de l'armée Mil, dont il est d'ailleurs la plus ancienne unité. Mesurant 1m60 et pesant ½ tonne, il est le type de Mil combattant le plus polyvalent. Bien que n'étant ni très puissant ni très robuste et doté de logiciels stratégiques et intellectuels assez simple (il est à peu près aussi doué pour monter des stratégies de grande ampleur qu'un marines ou un Unggoy), il a l'énorme avantage de pouvoir être produit en très grand nombre, car il nécessite peu de ressource pur être construit et entretenu. Il sait aussi manier un large éventails de petites armes et est le seul Mil capable de conduire des blindés et aéronefs (les autre Mils étant trop gros ou non configurés pour cela). Il existe 5 types de Grunt, qui se distingue à la couleur et à leur armement : le rouge (AEPP [fusil d'assaut]), le bleu (Laser de forage), le vert (Lance-roquette), le noir (Riveteuse [Arme de précision tirant des rivets perforants à cartouches explosives à grande vitesse) et le blanc (Toaster [Lance-flamme au plomb fondu]). Bien qu'un peu lâche de nature, il ne fuit qu'en cas de situation désespéré. Ne représentant qu'une menace modéré seul, leur dangerosité s'accroît en même temps que leur nombre, au point qu'ils peuvent devenir totalement ingérable en masse.

-Le Garde est comme son nom l'indique une unité essentiellement défensive, bien qu'il soit tout à fait capable de faire des ravages en position offensive. Mesurant la taille d'un Sangheili et aussi dangereux qu'un Ultra, il se bat avec l'aide d'une lance à trois lame servant aussi de blaster à dispersion. Son blindage lui octroie une résistance aussi important que le bouclier d'un Ultra, et il s’avère être un redoutable adversaire aussi bien au corps-à-corps qu'à courte et moyenne portée. De couleur rouge sombre, il s’avère être un bon tacticien, mais il préfère généralement travailler seul ou en binôme. C'est aussi le seul type de Mil à résonner comme un véritable guerrier et non comme un soldat ou une machine à tuer, aussi semble t-il posséder un certain sens de l'honneur. Si il est un véritable cauchemar pour l'infanterie, il n'est pas forcément très efficace contre les blindés lourds, et en tout cas totalement inutile contre des aéronefs.

-Le Parachutiste porte bien son nom : sa tête imite grossièrement celle d'un oiseau de proie, et ses pattes sont en réalité des serres préhensile. Il n'a pas de main à proprement parler, car ses bras se terminent chacun par un blaster à tir explosif longue portée. Il dispose également, rattachées à ses derniers, de lame courte capable de déchiqueter des blindages légers. Son nom vient du fait qu'il dispose de deux propulseurs dorsaux (et d'une paire d’ailettes directionnelles) qui lui permettent d'effectuer des très grand saut (entre 6 et 12 mètres), de se maintenir en l'air et même de se déplacer en vol sur de courtes distances. Couplée à ses lames, il se sert parfois de cette faculté pour attaquer ses victimes en piquée, lacérant violemment ses dernières. Son blindage est plus résistant que celui du Grunt mais moins que celui du garde, mais c'est surtout sa rapidité, sa vivacité et sa capacité à voler qui le rende difficile à abattre. Aussi bon tacticien que le Garde, il préfère se battre en binôme ou en petit groupe qu'en solitaire ou en masse. Mais si il représente une sérieuse menace pour l'infanterie et même les blindés légers (ou incapable de détruire des cibles volantes), il est une proie bien plus aisée pour les aéronefs. Son blindage est de couleur vert clair et mauve pâle.
-Le Titan est l'un des deux types de Mils les plus puissants et les plus redoutés qui soit. Ce colosse de métal, pesant dans les trois ou quatre tonnes et pouvant regarder un Legkolo redressé droit dans les yeux (ou du moins là où ils devraient se trouver) dispose d'un blindage extrêmement épais, qui lui permet d'encaisser des tirs de roquette et même de tank efficacement, tout en déployant une puissance de feu terrifiante. Son arsenal se constitue d'une paire de mitrailleuses lourdes jumelées (une à chaque bras et en guise d'avant-bras) et d'un lance-roquette greffé à son épaule gauche. Sa masse est telle que ce monstre s'en sert parfois pour piétiner ses adversaires. De plus, le Titan est un fin tacticien : c'est l'un des seuls Mils capable de concevoir des tactiques complexes, ses circuits tactiques étant particulièrement évolué. Déjà redoutable en solo, ce monstre se déplace rarement seul : il est en effet souvent accompagné de Grunt pour l'assister dans l'élimination de sa cible. Il est également, toujours avec le Grunt, le seul type de Mil équipé (parfois) d'un bouclier portatif sphérique, très différent de celui utilisé par les Sangheilis et les Spartans.
Cela dit, le Titan a quelque défaut : premièrement, c'est une cible difficile à rater tant il est grand et massif. Deuxièmement, il est lent : rien que pour poursuivre une cible, il lui faut près de 5 secondes pour atteindre sa vitesse de pointe, et en pleine charge, il a un mal de chien à s’arrêter. Son blindage est coloré en noir et bleu foncé.

-La Sangsue est, avec le Snarq et le Predator, l'un des trois types de Mils dit « aéronef » (car ils passent toutes leur existence en vol). La Sangsue ne porte, de prime abord tout du moins) pas bien son nom : elle ressemble beaucoup plus à une pieuvre, voire à une méduse. La partie supérieur de son corps se constitue d'un bloc dans lequel se regroupe tout ses systèmes vitaux et sa tête. La partie inférieur est en fait composé d'un socle circulaire et pivotant auquel sont rattachés quatre tentacules se terminant en pointes et dont les bords sont tranchants comme des lames de rasoir, ainsi que son propulseur. Ne disposant pas d'arme à feu et doté seulement d'un blindage à peine plus résistant que celui du Grunt, la Sangsue sert surtout d'unité défensive anti-infanterie, puisqu'elle se ferait détruire en un rien de temps par des blindés. Son blindage est noir.

-Le Snarq est le deuxième type de Mils « aéronef » le plus connu et le plus dangereux. Disposant d'un blindage moyen et d'un armement constitué d'une paire de rayon laser, le Snarq est une untié anti-infanterie et anti-aéronef redoutable. Rapide, agile, vif et se déplaçant toujours par paire, il c'est rapidement fait connaître comme LE cauchemar de nombreux pilote, d'autant qu'il est capable de se battre aussi bien hors atmosphère que dans les airs. En revanche, son blindage relativement léger même pour un chasseur et l'absence d'armement lourd lui interdisent l'attaque de blindé lourd. Son blindage est noir.

-Le Predator est le plus puissant des Mils « aéronef » et l'un des deux plus puissants Mils avec le Titan. Doté d'un blindage épais et disposant de deux batteries radioactives au lieu d'une (il est d'ailleurs la seule exception à cette règle), il peut encaisser des dégâts monumentaux tout en pulvérisant sans mal ses adversaire. Il dispose pour cela de 4 canons laser montés sur chacun de ses bras, laser d'une précision redoutable et ceux même à longue portée, qui lui permettent de tuer une cible d'infanterie et même des aéronefs avec une précision démoniaque. Il dispose également d'un mode de tir secondaire : un lâcher de roquette en rafale capable de pulvériser des blindés lourd et de grands groupes d'ennemis en une seule attaque, ou presque. Cependant, il est loin d'être sans défaut : trop lent pour poursuivre des aéronefs comme le Banshee Covenant, il devient inoffensif lorsque ses 4 bras sont détruits, au point qu'il en est réduit à suivre ses adversaires à la trace, dans le but d'attirer sur eux l'attention d'autre Mils, puisque au même titre que la Sangsue et le Snarq, il est incapable de parler, condamné qu'il est à émettre des sons incompréhensibles pour qui n'est pas un Mil. Une fois vaincu, il s'écrase lentement au sol avant d'exploser violemment, aussi mieux vaut éviter de se trouver en dessous à ce moment là. Son blindage est couleur rouge et gris .

-La Sentinelle est un cas un peu à part au sein de l'armée Mil, car ce nom désigne à la fois une classe de Mil et sa variante, et le principal tank Mil. Nous nous occuperons ici du premier cas. La Sentinelle est en réalité une tourelle militaire automatisée dont le but est l'élimination d'intrus dans les zones où elle opère. La Sentinelle de classe 1 (la plus grosse) dispose de 4 canons mitrailleurs tirants en rafale, ainsi que d'un lance-roquette léger. Redoutable face à l'infanterie, elle est cependant très vulnérable face aux tirs d'armes lourdes, telles les roquettes. La Sentinelle de classe 2 ne dispose que de deux canons mitrailleurs, et contrairement à la classe 1 qui n'opère qu'en extérieur, elle n'est utilisé qu'en intérieur. Elle est de plus beaucoup plus fragile, et ne peut être pilotée manuellement.

-Le Mortier est le cousin de la Sentinelle de classe 1, et il remplit la même fonction, à ceci prêt qu'il utilise uniquement des mortiers comme munitions. Il est plus puissant et robuste que sa consœur, mais également plus lent et moins précis.

-L’Éclaireur est un cas particulier parmi les Mils : ce robot de petite taille et fragile n'est absolument pas conçu pour participer à des affrontements puisqu'il n'est même pas armé. Pourtant, il peut vite devenir le pire cauchemar des intrus qui chercheraient à infiltrer des complexes Mils. Sa petite taille, son poids léger et sa conception aérodynamique en font un robot extrêmement vif et rapide. A pleine vitesse, il peut concurrencer une Mangouste sans difficulté, du moins sur de courtes distances. Le rôle de l’Éclaireur est de surveiller un endroit donné dans un complexe Mil, et d'alerté ses collègues des autres types de la présence d'un indésirable. Un fois celui-ci repéré, le petit robot fonce à toutes vitesses vers la borne d'alarme la plus proche et l'active, ce qui alerte tous les soldats Mils environnants. Il est rare que des intrus survivent à un tel choc, mais en cas de besoin, l’Éclaireur peut s’autodétruire en fonçant sur son adversaire, ce qui suffit généralement à l'achever.

-Le Scientifique est une unité chargé de la conception des plans des armes, des machines de guerre et des Mils eux-mêmes. Mais ils sont aussi et surtout chargé de l'entretien et de la réparation de leur camarade. Ils sont parfois appelés « Nonnes noires », en raison de leur apparence : leur corps ressemble en grande partie à une robe cérémonielle d'un noir de jais. N'ayant pas de jambe, ils se déplacent en flottant à quelques centimètres du sol, et ne prononcent presque jamais le moindre son. On pourrait penser que ces derniers sont totalement dépendants des autres Mils pour se protéger, mais c'est sous-estimé la paranoïa et les velléités guerrières du Commodore : les Scientifique disposent d'un blindage plus épais que celui des Grunt, et ils sont capable de se battre via la projection de faisceau électrique rose suffisamment puissant pour abattre un humain normalement constitué. Ils peuvent également émettre un faisceau d'énergie bleu servant à recharger les batteries et piles nucléaires de leurs alliés.

Bien que les Mils constituent une race robotique beaucoup plus jeune que les Geths ou les Cylons, ils n'en forment pas moins un peuple doté d'une culture et d'une tradition militaire fortes. Cependant, si les Mils ont profité de leur intégration au sein du Covenant pour parfaire leur réputation d'armée de terre quasi-inébranlable, force est de reconnaître qu'ils ont longtemps été incapable d'assurer leur propre autonomie en matière spatiale : en effet, la première Horde Mil (celle qui a tenté de conquérir Ironstar) commençait tout juste à maîtriser le voyage interstellaire (un savoir que les Droïdes ont eux-mêmes perdu longtemps auparavant puisqu'ils n'en avaient pas besoin) quand ils furent anéantis par les rebelles. Seul un vaisseau subsista, une sorte de fusée conçu à l'origine comme un transporteur lourd de troupe et de matériel (aujourd'hui encore, les Mils d'Ismod continue à s'en servir pour les opérations de grande envergure au sol, et en ont même reconvertit en bombardier ultra-lourd). Ce n'est qu'en récupérant les plans des vaisseaux de l'UNSC (via des complicités au sein de ce dernier dit-on) qu'ils comblèrent largement cette lacune. Aujourd'hui, les machines de guerre empruntées à l'UNSC, rajoutées à celles conçues par les Mils eux-mêmes (comme le VAB ou le char Sentinelle) font de ce peuple l'une des rares forces capable de tenir tête au Covenant ressuscité. Le réseau de stations spatiales (d'origine humaine ou Mil) qui protègent Ismod est d'ailleurs si vaste et puissant qu'il est surnommé le « Mur d'Ismod », et est célébre à travers tout l'univers connu.
"Le Temps n'a de prise que sur ceux qui le laisse les saisir."


Retourner vers « Bibliothèque »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 5 invités

cron